L’histoire

L’histoire commence avec le grand-oncle Frédéric Berthomé, propriétaire d’un restaurant de fruits de mer. Il décide, pour ne pas être à la merci des aléas de la pêche, de construire, en 1920, des viviers dans la mer, face au restaurant.

viviers-en-mer-viviers-de-sion

Clients des premiers viviers en mer.

À marée basse, il faut vérifier comment se comportent homards et autres crustacés, sachant qu’ils peuvent s’entre-tuer et choisir ceux qui régaleront les clients du restaurant. L’activité est rude car, quelque soit le temps (canicule, tempêtes ou hivers rigoureux), il faut s’en occuper. N’empêche, elle fonctionne bien. Frédéric embarque aussi, sur son tricycle, des casiers de homards pour achalander les marchés. En 1929, son restaurant se transforme et devient le grand hôtel Frédéric, toujours aussi imposant aujourd’hui, au coeur du village de Sion. L’activité des viviers perdure.

restaurant-frederic-viviers-de-sion

Restaurant Frédéric

ancien-viviers-de-sion

Les débuts des Viviers de Sion.

Quatre générations

Après la Seconde Guerre mondiale, c’est son gendre, Marcel Merceron, qui reprend l’affaire des viviers et les construit dans le dur, face à l’hôtel. Ces grands bassins en béton sont alimentés en eau de mer. Aujourd’hui, régulièrement rénovés et adaptés aux règles en vigueur, les viviers sont la propriété de la quatrième génération de Berthomé-Merceron. C’est Peggy, l’épouse de Julien Merceron, qui en assure la gestion. À Sion, la trentenaire s’occupe principalement, de la vente au détail alors que son mari, Julien, et son frère, Benjamin, grossistes aux Sables, approvisionnent les grandes surfaces, les marchés et les restaurants.

NOTRE MÉTIER

Nous choisissons les meilleurs produits suivant les saisons et nous privilégions la « pêche locale » toujours suivant les saisonsPour mieux répondre à la demande de nos clients, certains de nos produits sont importés d’Ecosse, où la nature y est préservée.

Le client choisit son crustacé et nous cuisons sur place, à l’eau de mer, pour relever les saveurs…!

Tous les après-midi nous trions, et cuisons, la crevette rose de St Gilles Croix de Vie, dit le « Bouquet», spécialité vendéenne ! ( spécialité, que nous envoyons aussi sur les marchés parisiens !)

vente-viviers-de-sion

francky-vivier-de-sion

peggy-homard-viviers-de-sion